Rénovation d’un Bianchi Rekord 748

J’ai fait mon entrée dans le monde du vélo vintage un beau jour de mai 2018. En quête d’une activité pour occuper mon dimanche après-midi, je découvre la Vieille Boucle Lustinoise. Le village de Lustin, perché sur les hauteurs, près de Namur, accueille une course de vélos anciens, prétexte à une concentration d’amateurs du vintage. Beaucoup de vélos contemporains de Merckx ou Poulidor, mais aussi les véhicules de course assortis et même de jolies caravanes rassemblées dans un camping rétro tout droit sorti des trente glorieuses.

vieille-boucle-orval
À La Vieille Boucle

Dans une ambiance d’étape du Tour, les coureurs revêtus du maillot Molteni ou Magicrème (1) affrontent le terrible « Triple mur de Monty« , une côte à 9 % classée parmi les 20 plus dures de Belgique. Alors que j’assiste au spectacle du bord de la route, l’idée d’une participation à la prochaine édition germe dans mon esprit. Lassé de la course à pied, je suis à la recherche de nouveaux défis.

Les conditions pour participer à la course : un cadre en acier, pas de pédales automatiques ni de changement de vitesse au guidon. Bref, un vélo antérieur aux années 1990, où ces équipements sont devenus la norme. L’Eroica, référence parmi les courses cyclistes vintages, impose grosso modo les mêmes règles.

Je furète autour des étals du marché vintage et « flashe » sur un vélo de course Bianchi, malheureusement pas à vendre (c’est celui du fils du marchand). Bianchi, ce sont des dizaines de victoires professionnelles, les épopées de Fausto Coppi, Felice Gimondi ou encore Marco Pantani. Mais c’est aussi une couleur distinctive : le Celeste (2), sorte de bleu-vert délavé, iconique, à l’instar du Rosso Corsa de Ferrari.

Au soir de la Vieille Boucle donc, je rentre chez moi avec une nouvelle obsession en tête : dénicher la monture qui m’emmènera vers de nouvelles aventures vélocipédiques. Les premières recherches ne sont guère fructueuses. Le vélo vintage est à la mode, et sur les sites de petites annonces où on trouvait voici quelques années des vélos « sortis de grange » pour quelques dizaines d’euros, les prix se sont envolés. L’offre belge est étique, le marché français un peu mieux fourni, mais un vélo Peugeot, Mercier ou Motobécane n’a pas l’aura d’un Bianchi ou d’un Colnago. Je passe encore quelques heures à rêver sur les sites spécialisés où des vélos, certes superbement restaurés, s’échangent contre plusieurs milliers d’euros, puis mets le projet de côté.

Jusqu’au moment où, par chance, j’évoque mes recherches chez des amis. Mon amie me révèle que le vélo de son père, un Bianchi, repose depuis vingt ans dans l’abri de jardin. J’écarquille les yeux, pose quelques questions. Le paternel et moi-même faisons la même taille ; l’aubaine ! Je veux voir ce vélo et, si le propriétaire est prêt à s’en séparer, je l’achète !

Je reçois les premières photos et le charme opère. Encore dans son jus, les pneus colonisés par les toiles d’araignée, il a déjà fière allure. Un coup de fil et l’affaire est conclue.

bianchi-avant-restauration-02
Le Bianchi avant restauration
bianchi-avant-restauration
Le Bianchi avant sa rénovation (bis)

Le Bianchi est à moi. Sur base des indications du précédent propriétaire et de quelques recherches, j’identifie le modèle, un Rekord 748 de 1978 ou 1979. Un modèle de milieu de gamme, mais dont le style n’a rien à envier au prestigieux Specialissima. La plupart des pièces sont d’origine, sauf la roue avant, la selle et quelques accessoires (catadioptres, compteur, sonnette) que j’ai vite fait de retirer. De la rouille en surface sur certaines pièces, la guidoline et les cocottes de frein à remplacer, mais globalement il est en très bon état, presque prêt à rouler.

catalogue-bianchi-1978
Catalogue Bianchi de 1978

Le « presque » a son importance. Je n’ai guère l’intention de prendre de risque avec une mécanique vieille de 40 ans. Dépourvu d’expérience dans le domaine, j’ai besoin d’aide pour remettre la machine en circulation. Lors de mes recherches, je suis tombé sur des restaurations signées Belgiantri Bikes. Alias François Humblet, triathlète, qui a pour marotte la remise en état de vélos anciens. La proximité géographique aidant, je décide de travailler avec François, qui se montre d’emblée enthousiaste.

Nous échangeons régulièrement pendant les deux semaines que dure la rénovation, lui se renseignant sur les meilleurs choix pour remplacer les pièces d’usure (patins de frein, cocottes, …) avant de me consulter. A chaque étape, je reçois des photos.

bianchi-restauration-en-cours-02
Restauration en cours
bianchi-restauration-en-cours
Restauration en cours (bis)

François démonte, nettoie et inventorie les pièces avec soin avant de réassembler le vélo. Voici la fiche technique et les cotes :

  • Cadre Bianchi 54cm tubes acier Columbus Zeta / Fourche / Jeu de direction 3,3kg
  • Dérailleur arrière Campagnolo Nuovo Gran Sport 219g
  • Dérailleur avant Campagnolo Gran Sport 100g
  • Pédalier Gipiemme Dual Sprint 53-42 474g
  • Manivelles Gipiemme Dual Sprint 170mm 180g
  • Leviers de vitesse Campagnolo 36g
  • Boitier pédalier Gipiemme Strada 70 302g
  • Freins Universal Mod. 77 330g
  • Poignées de frein Universal 240g
  • Pédales Gipiemme Dual Sprint 410g
  • Cintre et Potence 3TTT Mod. Grand Prix 610g
  • Tige de selle STM Bianchi 253g
  • Cassette Regina Extra Oro
  • Chaine Regina 354g
  • Roue arrière Mavic Open Pro, Moyeu Gipiemme / Bianchi 1,38kg

Je décide de remplacer quelques équipements. Le porte-bidon et les cales-pieds originaux sont rouillés. La roue avant Mavic est voilée et les pneus sont devenus poreux avec l’âge. La selle Royal Shock Gel est confortable mais lourde (402g) et anachronique (1999). La pompe Bianchi est fonctionnelle mais jaunie, quant au bidon … je me dis que les normes en matière de plastique alimentaire doivent avoir bien évolué.

François me fournit du matériel de stock, plus récent (début des années 1990) mais toujours conforme à l’esprit du projet :

  • Roue avant Rigida Chrina, Moyeu Campagnolo Record 1kg
  • Porte gourde Elite Ciussi 81gr

J’y ajoute une paire de pneus contemporains au look irrésistible :

  • Pneus Bianchi Reparto Corse 120 700×25 480g

Touche finale, je déniche un bidon néo-rétro, une selle de 1985 et une sonnette en laiton du plus bel effet :

  • Bidon Bianchi Milano 600ml
  • Selle San Marco Rolls cuir « rhino » 390g
  • Sonnette Holdsworth Gran Sport 90g

Poids total, avec les upgrades : 10,2kg, soit à peine un kilo de plus qu’un vélo actuel d’entrée de gamme en aluminium. Avec infiniment plus de charme …

bianchi-renove-en-balade-02
Le Bianchi rénové en balade

Et le sport dans tout ça ? Rouler sur mon Bianchi Rekord 748 est un vrai plaisir. Je l’ai testé sur des déplacements domicile-travail et des sorties courtes jusqu’à 50 kilomètres. Le confort des cadres e n acier n’est pas une légende. Le changement de vitesses à friction demande un peu d’oreille pour trouver la juste position, mais offre également un toucher et une précision incomparables. Le point faible, s’il en faut un, est le freinage. Difficile de se lancer à pleine vitesse quand on n’est pas sûr de pouvoir s’arrêter à temps en cas de nécessité.

De ce premier projet de restauration, je retiens que le plaisir est dans la démarche, les recherches, les contacts, autant que dans la satisfaction de rouler sur un vélo ancien remis à neuf. Je n’oublierai pas non plus les paroles de Peter, le collectionneur bruxellois qui m’a vendu la selle San Marco : « tu mets le doigts dans un engrenage dangereux ». Comprenez : ce projet … n’est que le premier 😉

Jonathan Quique ©VELOGEEK.BE 2019

1. L’équipe du personnage principal dans le film « Le Vélo de Ghislain Lambert » de Philippe Harel, sorti en 2001. Pour l’anecdote, Benoît Poelvoorde, qui incarne Ghislain Lambert, habite Lustin.

2. Aux origines de la livrée céleste des Bianchi, certains évoquent le ciel milanais, d’autres les surplus de peintures militaires au sortir de la guerre. Mais plus prosaïquement, c’est sans doute une question de marketing avant l’heure qui orienta le choix. On aime ou on déteste, mais le turquoise de Bianchi sort de la mêlée et se reconnaît au premier coup d’œil.

3 commentaires sur “Rénovation d’un Bianchi Rekord 748

  1. Super…😉😊😁… hâte de lire les comptes rendus de tes péripéties… La casquette Molteni te va à ravir… bonne continuation…😊

    J'aime

  2. Toujours un plaisir de te lire! Tes récits de course à pied m’ont inspiré quand j’ai commencé à courir. Je te souhaite bien du plaisir dans tes nouveaux projets, ça semble passionnant!

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s